Baptême d'une cloche


L’entreprise LAUMAILLE-LUSSAULT compte 55 campanistes qui œuvrent en France. Depuis Tiffauges, 8 campanistes, et depuis Tarbes, 16 travaillent à l’entretien, au dépannage, au montage, à la restauration et la création ! 7 facettes différentes du métier : musicien, horloger, charpentier, menuisier, électronicien, électricien et serrurier sont nécessaires. Face à l’ampleur des dégâts, il a fallu 5 mois de chantier. En ajoutant une 5e cloche, nous contribuons à la création d’un patrimoine, et nous sommes fiers de faire partager notre savoir-faire aux administrés de la commune de Saint-Laurent-sur-Sèvre. 4 airains résonneront pour les fêtes de Noël. A Pâques, ils seront rejoints par le bourdon, qui entre-temps, doit subir une nécessaire réparation.

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort affirme : «Si on ne hasarde quelque chose pour Dieu, on ne fait rien de grand pour Lui... ». Grâce à la participation de tous, l’acquisition de la nouvelle cloche est possible. Grand merci à tous les amis de la Basilique qui ont participé à la souscription, aux différentes manifestations et à la bénédiction de cette nouvelle cloche, qui est le signe concret du tricentenaire de la mort du Père de Montfort. Félicitation à la Commune de Saint-Laurent- sur-Sèvre qui est le garant de tous les travaux, avec le soutien de la Fondation du patrimoine, le Département, la Région et l’état. En espérant que la collaboration continue.

QUELQUES CHIFFRES A ce jour, 68 000 euros versés par des mécènes, les communautés religieuses, l’Evêché, la Paroisse, le Département, la Communauté de Communes, la Commune et la Fondation du Patrimoine pour la restauration du clocher, la commande de la nouvelle cloche et la réparation du bourdon. Les subventions de l’Etat et du Conseil départemental s’élèvent à 90 000 euros. Restent à charge de la commune 82 000 euros. Restauration de la chambre des cloches et de l’horloge mécanique : 158 000 euros. Réparation du bourdon : 28 000 euros. Nouvelle cloche : 54 000 euros.